AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The show must go on. | Nathan&Daisy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: The show must go on. | Nathan&Daisy Sam 23 Avr - 21:04

Stresse. En me levant j'ai ce mot dans la tête. Si petit mais si grand lorsqu'on le comprend, lorsqu'on le vit. Je m'habille lâchement mais rapidement en m'amenant des vêtements de rechange pour ce soir, pour l'après-show. Mon sac de sport sur l'épaule, mes jogging trop grande pour moi porter avec des talons aiguille rouge, j'ai tout un look. Je sors de mon dortoir en verrouillant derrière moi. Plusieurs regards plus loin, je franchis les portes de l'amphithéâtre. Stresse. La scène. Des gens se sont déjà activer à tout mettre en place et s'affaire à présent aux derniers détails. C'est la générale de la comédie sur laquelle nous travaillions depuis 4 mois. J'ai décrochée le premier rôle féminin et je n'en étais nullement surprise. Je me dirigeai dans les coulisses. Stresse. Les acteurs étaient là et se changeait, le maquillage serait pour plus tard. La générale était, selon moi, très importante. Si jamais quelque chose n'allait pas durant la pratique, je prendrais cela comme un mauvais signe. Eh oui je suis extrêmement superstitieuse... Ne venez jamais me dire bonne chance avant un spectacle! Jamais! Pour vous dire à quel point la générale était capitale, il faut que tout soit parfait. En partant des acteurs et des dialogues, jusqu'aux sentiments du public. Tout compte. Stresse...

Nous y sommes. La salle est déjà remplit pour la première représentation de "Un songe d'une nuit d'été". Et oui, Shakespeare... Un classique quoi! J'incarne la jeune amoureuse et innocente Hermia, qui est destinée à épouser quelqu'un qu'elle n'aime pas et qui s'enfuit avec l'homme qu'elle aime. J'avoue que c'est l'une des pièces que je préfère. Le parfait mélange de l'amour et de la trahison. J'aime entrer dans ce genre de personnages d'époques amoureux et passionnée... Peut-être parce que je sais que je suis excellente dans ses rôles, quoi que je suis toujours partante pour de nouveaux défis. Les voix dans la salle s’intensifient. Je dois me dire que tout ira bien... Je terminai d’enfiler ma robe d’époque bleu pâle avec de la dentelle et différentes textures blanches et crèmes, ainsi que J'entre en scène.

Jamais si fatiguée, jamais si malheureuse ! — Trempée par la rosée, et déchirée par les ronces, — je ne puis me traîner ni aller plus loin ; - mes jambes ne peuvent plus marcher au pas de mes désirs. — Reposons-nous ici, jusqu’au point du jour. — Que le ciel protège Lysandre, s’ils veulent se battre. La pièce se termine une quinzaine de minutes plus tard. Ovation dans la salle, tout le monde se lève pour la finale. Au millieu de la scène pour saluer le public en compagnie de mon ami qui jouait Lysandre, Héléna et Dimitrius. Tout s'est passé à la perfection, dans les moindre détails. Je stressais toujours sans raisons mais je me dis que si je ne me stressais pas moi-même, je ne me donnerais pas à 100%. J'embrassai en riant "Lysandre" sur la joue en lui disant qu'il avait été merveilleux. En entrant dans les coulisses, je sentis finalement la pression redescendre. Un petit groupe de personne que je conaissais pour la plupart se forma autour de moi pour me féliciter et me prendre dans leur bras. Je reçu un bouquet de fleur absolument ravissant qui sentait tellement bon... Je mis candidement mon nez dans le gros bouquet en relevant coquinement mes yeux pour rencontrer... les yeux d'un parfait inconnu qui se tenait à l'écart et qui m'observait avec un intêret peu contenu. Je me mordis la lèvre en fuyant son regard. Son visage me disait vaguement quelque chose mais je n'étais pas capable de mettre un nom sur ce visage de Dieu.. Je lui sourit finalement en lui lançant un regard assuré avant de me retourner pour aller me changer dans ma loge. Les vêtements que j'avais choisis me servirait car, la robe et le corset... Pauvres dames qui devaient endurer cela toute une journée! J'enlevai la pince qui maintenait ma chevelure brune-rousse et les laissai librement onduler sur mes épaules. Des jeans slim noir moulantes avec une camisole au décoleté plongeant blanc, avec de fines sandales blanches aussi aux lanières minces. Mon sac à main, ma petite valise de scène et mes fleurs sortîmes enfin de la loge pour me diriger vers le parking derrière l'amphithéatre. Je donnais une soirée pour fêter ça chez moi. Mes copines y étaient déjà d'ailleurs. Alors il me tardait d'arriver pour pouvoir m'amuser moi aussi. En arrivant je stationnais ma BMW dans la rue, laissait mon sac dedans mais prenait mon bouquet de fleurs. En entrant, je souris car plusieurs personnes crièrent et tapèrent dans leurs mains. L'alcool coulait déjà à flot.. Je mis les fleurs dans ma chambre rapidement à l'étage et je redescendis en bas dans la cuisine. En me dirigeant vers l'ilot où s'entassait plusieurs gens ainsi que toutes les bouteilles d'alcool forte, je remarquai à nouveau le même mec de tout à l'heure. Que faisait-il ici...? Je pris un shooter de téquila et fit une moue tandis que l'alcool me brulait la gorge. Waaouh! Puis un autre, avant de finalement me prendre un gobelet de bière. Encore une fois je croisais les yeux bleus de ce bel inconnu en retrait de la pièce. Je lui fit un sourire en haussant un sourcil de manière suggestive. Mon verre la main, je m'éloignai de l'ilot pour aller sur ma terrasse qui donnait vu sur la mer. Je m'appuyai contre la balustrade et buvant une gorgée, lorsque je sentis une présence derrière moi..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Dim 24 Avr - 10:18

NOUS AVONS TOUS APPRIS QUE NOUS POUVIONS TOUT ESSAYER, TOUT TENTER, POUR OBTENIR CE QUE NOUS DESIRONS LE PLUS AU MONDE.
Daisy L. Palmer & Nathan S. Archibald
    Le théâtre de l’université allait être bourré, pleins à craquer de personnes, qui venaient se délecter d’une pièce de Shakespeare, jouée par les comédiens du campus. Il était au courant, comme tout le monde l’était en ville, ce n’était pas difficile de savoir ce genre de choses, dans cette métropole ou presque tout le monde se connaissait, dès lors. Combien n’avait-il pas vu d’affiches accrochés un peu partout dans le bâtiment, ou encore d’autres détails futiles dans ce genre là. Il ne comptait pas y participer, ou même être dans le publique. Bien qu’il avait acquis des talents de mensonges, ou de manipulations, il était très loin d’avoir la carrure d’un acteur, allant être acclamé par une foule de personnes, en délire. S’il faisait partie de l’équipe de football US du campus, ce n’était pas pour rien. Chacun avait son domaine de prédilection : Le théâtre, la musique, le sport, l’écriture, les sciences, les mathématiques, qu’importe. Tout était relatif à la personne. Il préférait être clamé par une centaine de filles, durant les matchs, que par cinq cents personnes lors d’une pièce de théâtre. Il n’avait pas vu le spectacle, mais il avait consulté la liste des figurants, dans laquelle une majorité de filles l’emportait pour le peu de garçons. Puis, très souvent, il y avait des after-party. Au lieu de ça, son équipe, et donc lui-même, avait été recruté pour mettre en place le décor de la pièce. Durant l’après-midi, il avait aidé pour l’éclairage, la mise en place et la solidification du matériel. Bref, toutes sortes de choses anodines pour éviter que les comédiens en herbe ne risquent leurs vies, autrement dit. Son aide avait su se faire apprécier par de nombreux professeurs, dont son propre entraîneur. Il valait, sans doute, mieux ça que rien. Alors que la plupart de ses coéquipiers était parti avant que la première scène ne commence, bien que ce ne soit pas dans ses habitudes, il avait jeté un coup d’œil dans la pièce. Pourquoi ? Simplement par curiosité. Ni plus, ni moins. Il avait remarqué une belle brune, s’exclamant à haute voix, qui semblait avoir peut-être plus d’expériences que la plupart des autres acteurs. Elle semblait plus à l’aise, du moins, tant que son costume le lui permettait. Il eut un sourire amusé. Il trouvait ça ridicule. Les pièces de Shakespeare, il pouvait les connaître presque par cœur, vu ce qu’il avait étudié au lycée de New-York. Les New-Yorkais adoraient ce genre d’ouvrage, mais au point de voir ça durant toute l’année, ça avait été pénible. Il était encore ami avec Ethan, à ce moment-là. Les choses semblaient avoir été si simples, et maintenant, tout s’était rendu à la complication. Il devait s’occuper seul de sa sœur, essayer de pardonner la trahison de son soi-disant meilleur-ami, gérer les cours à l’université, les matchs, les entraînements, même s’il s’afférait à ce genre de chose, il n’avait nullement besoin d’obtenir une bourse universitaire, juste des recommandations. S’égarant dans ses pensées, il entendit un tonnerre d’applaudissement. Il n’en fallut pas plus pour qu’il se retrouve dans les loges, vaquant à ses occupations. Presqu’ancrer dans un coin de la pièce, alors qu’il lança un regard à la belle brune de tout à l’heure. Un regard ténébreux, intensifié par l’excitation, qu’il y avait dans la pièce. Elle se mordit légèrement la lèvre en le voyant, juste avant de détourner le regard. Il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amusé. Alors qu’elle se décida à lui envoyer un regard d’assurance, tout en le regardant, elle se retourna tout aussi vite pour aller se changer. Il n’en fallut pas plus pour qu’il daigne disparaître de cette ambiance, qui semblait se dissiper. Entre temps, une jeune blonde l’interpella à la sortie du bâtiment. Elle ne lui donna qu’une adresse, en lui disant qu’elle y serait aussi. Il haussa rapidement les sourcils, et ne put s’empêcher de lâcher un rire léger. Il se dirigea vers le parking où il prit sa voiture, en direction de chez lui. Une dizaine de minutes plus tard, il arriva chez lui. Il était déjà tard, mais voir sa petite sœur couchée aurait été trop beaucoup pour rêver. Elle l’attendait, à moitié endormie sur la baby-sitter. Emmy se réveilla presqu’aussitôt, se jetant dans ses bras. Il lança un regard complice à la jeune femme, qui s’occupait d’elle, et elle se contenta d’hocher la tête. Nathan alla la conduire dans sa chambre, lui donnant un baiser sur le front, puis s’éclipsant aussi vite qu’il le put sous la douche. Il se changea, se coiffa. Vêtu d’un simple t-shirt bleu nuit, à col en V, avec un jeans et une paire de chaussure noire montante, des « Yard Haute Black ». Une fois satisfait de son look, il repartit, sans faire trop de bruit, en prenant les clefs de sa Range Rover.

    Il fila à l’adresse donnée, où la fête avait déjà commencée. Il alla se chercher un verre de vodka, dans la cuisine et se mit à siroter gentiment et innocemment sa boisson alcoolisée. Tous les étudiants présents s’étaient déjà mis à l’alcool et à la danse, certaines étaient plus éméchés que d’autres, et il se délectait de ce spectacle. Il venait à peine de rentrer que leurs regards se croisèrent une troisième fois. Haussant les sourcils, il se contenta de boire quelques gorgées de son verre, tandis qu’elle partit sur le belvédère. Le jeune sportif regardait autour de lui, et la même blonde que tout à l’heure lui faisait signe de la main. Il secoua légèrement la tête, histoire de dire qu’elle pouvait toujours rêver. Appuyé sur le mur, il se redressa et se rendit sur une sorte de terrasse extérieure. Elle était bien là, appuyée sur la balustrade, un verre à la main. Une main dans la poche de son jeans, l’autre occupée par le verre, qu’il tenait en main et qu’il sirotait depuis tout à l’heure, il s’avança vers elle, de façon silencieuse. ▬ Le monde entier est un théâtre. Et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. Extrait de « Comme il vous plaira », Shakespeare. Il en avait tellement entendue des citations de ces pièces, qu’il avait fini par les retenir par cœur, à force. Il la regardait, toujours avec son regard ténébreux et intensifié, un sourire niais aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Dim 24 Avr - 15:05

Après chaques fin de spectacles, je me sentais planer. Eh oui.. Vous savez la drogue pour certains est une choses bien differente et bien plus dangeureuse que la mienne. Ma drogue à moi, c'est la scène. La scène me procure la sensation de voler dans un autre monde parfois plus beau, mais parfois même hideux. Pourtant, maintenant que j'ai goutée à cette drogue, je suis accro. Je ne peux plus m'en passer c'est sur.. Et c'est tant mieux! Je me suis même faite de petites traditions avant et après le spectacle. Avant? Je dois avoir un moment pour moi seule où je visualise mes répliques, mes déplacements et même les gens. Après? Faire une fête chez moi, toujours!, mais avant tout aller m'acheter une barre de chocolat. Vous trouvez cela con? Sans aucuns rapport? Je suis d'accord. C'est juste que quand j'étais jeune à mes premiers spectacles, mon père m'amenait toujours dans un magasin de bonbon et m'achetait une barre de chocolat à saveur de cerise et de guimauves. Alors voilà pourquoi j'arrivais un peu plus tard dans ma maison qui était maintenant emtièrement remplis. Les gens, même ceux qui ne venait même pas voir ma pièce, se pointait le nez ici sans aucune gênes. Pourquoi pas après tout? C'est pas comme si j'allais me mettre a chercher un peu partout les visage que j'ai vu ou non dans la salle. Alors, ma barre de chocolat dans la poche de mon jeans ( j'avais décidé de la garder pour moi seule!), je me fit un chemin dans les escaliers encombrer de gens qui s'embrassait ou simplement dansait au son de la musique envirrronante qui faisait vibrer tout entier les murs de ma villa. J'entrai à peine trente secondes dans ma chambres cachait mes fleurs et ressortit aussi vite. Je redescendis en bas en faisant attention pour ne pas tomber a travers toutes ces jambes. Un verre, deux verres... Dans la cuisine on me servait tout ce que je voulais mais c'est en riant que je repoussai un autre shooter. Si j'en prenais trop rapidement je savais, me connaissant, que je ne profiterait aucunement de la soirée qui ne faisait que commencer. J'avais tendance à voulior suivre les autres et boires comme eux sauf que je n'en était pas capable. IMpossible. Je ne tolèrais presque pas l'alcool et aussitot cela me rendait folle et qui sait ce que je pourrais faire dans ce maleureux état!? Mon père encore une fois, me repetait toujours de faire attention car les hommes sont des **... Étranges qu'il disent cela alors qu'il en était lui-même un. Un homme je veux dire! En tout cas, je decidai de prendre la fuite sur ma terrasse.

Rendu là, je regardais le ciel étoilé par la mi-nuit et respira l'air marin en sortant ma barre pour la mettre sur la rembarde. Le papier craqua lorsque je l'ouvrit et je cassa la palette en petits morceaux. Le premier était sans aucun doutes le meilleurs de tous. Il fondit dans ma bouche et je fermai les yeux en souriant. J'aimais cette sensations, elle me rapellait des souvenirs... Tout à coup je sentis une présence derrière moi. Je ne me retournai pas, me contentai seulement de pivoter ma tête. Le monde entier est un théâtre. Et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. Je souris. Qui était-il pour me citer du Shakespeare alors que je ne le conaissais même pas. Comme il vous plaira, un très grand succès connu par de nombreuses citations.. Je souris et remit un morceau de chocolat dans ma bouche pour prendre mon temps avant de répondre. Il devait me suivre non? Depuis tout à l'heure... Quelle est ton rôle en ce moment... demandai je en baissant les yeux pour fixer mes chaussures. Je jouai la petite timide, alors qu'en faite... Je voulais juste voir ce qu'Il ferait ensuite...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Dim 24 Avr - 17:22

NOUS AVONS TOUS APPRIS QUE NOUS POUVIONS TOUT ESSAYER, TOUT TENTER, POUR OBTENIR CE QUE NOUS DESIRONS LE PLUS AU MONDE.
Daisy L. Palmer & Nathan S. Archibald
    Rendu à une petite fête dont il ne connaissait pas l’organisateur et dont il ne savait même pas chez qui il se trouvait. Mais, il comptait bien en profiter un maximum, comme à chaque fois qu’il s’incrustait volontairement à une soirée. C’était inné, il était invité n’importe où, et même lorsqu’il ne l’était pas, ça lui arrivait de venir quand même, parce qu’il finissait par être invité par l’une des personnes, qui y allait déjà. Être le quater-back de l’équipe de football de l’université devait avoir ses avantages, tout comme des inconvénients, mais il n’en avait pas encore trouvé, jusque là. Descendant aussi rapidement qu’il le put jusqu’à l’adresse donnée, il était allé se changer et coucher sa petite sœur. Et oui, il devait faire face à plus de responsabilité, qu’il ne pouvait le penser, mais dans le fond, ce n’était pas contraignant pour lui, car il aimait Emeleen, et bien plus que ces conquêtes féminines. Le fait était, qu’il l’avait laissée dormir pour venir s’amuser, un peu comme à son habitude. Malgré ses responsabilités, il continuait avec ses bonnes vieilles habitudes, qui ne semblaient pas le quitter, ou du moins, pas tout de suite. Il se retrouvait rapidement, devant une maison, qui avait l’air des plus spacieuses. A vrai dire, lorsqu’il pénétra à l’intérieur, il n’en fut pas surpris. La décoration était faite toute en finesse, de nombreux jeunes dansaient là, où il y avait encore de la place, tandis que d’autres squattaient littéralement la cuisine pour surveiller, que leurs taux d’alcoolémie ne redescendent pas. L’ambiance semblait déjà être de la partie, tandis que la musique pouvait assourdir quiconque dans la pièce. Il s’était laissé aller. La première chose, qu’il fut en entrant, ce fut sans doute d’aller se chercher un verre de vodka dont il but quelques gorgées pour se rafraichir. Puis, il quitta la cuisine, pour aller s’adosser contre l’un des murs de la pièce principale, le tout en sirotant son verre, dont il ne cessait de se délecter. En retrait, il pouvait détailler chaque personne, ou presque, mais son regard fut surtout attiré par celui d’une jeune femme. Un peu plutôt, leurs regards s’étaient croisés, dans les loges, après le spectacle. Il n’aurait pas pensé la croiser à nouveau, mais il fallait avouer que ça ne lui déplaisait pas. Il la trouvait plutôt mignonne et intriguante. Alors que leurs regards se croisèrent à nouveau, elle se rendit sur la terrasse, qui donnait une vue imparable sur la mer. Alors, qu’il ne lui fallut pas plus de temps pour la rejoindre, il put remarquer de nombreuses vagues aller et venir, sans cesse, avec le vent marin, qui soufflait d’une légère brise, venant lui caresser doucement le visage. Ses cheveux voltigeaient légèrement, pour venir se reposer sur son front, alors qu’il lâchait une citation venant de Shakespeare. Comme quoi, ses cours de littérature auront au moins servi à quelque chose indéniable. Comme quoi, le côté lycéen n’avait pas toujours que de mauvaises facettes. Comme quoi… Il s’arrêta sur la terrasse promptement, l’une de ses mains dans la poche de son jeans foncé, l’autre tenait fermement son verre d’alcool. Elle esquissa un sourire, tout comme lui. Son sourire s’afficha peu à peu sur ses lèvres. C’était un sourire particulièrement intentionnel, de sa part. Alors qu’elle semblait manger du… Chocolat, son sourire s’amplifia, amusé par ce qu’il était entrain de voir, de vivre, à cet instant. Il s’avança un peu vers elle, de façon encore innocente, sans arrière pensée. « Quelle est ton rôle en ce moment... » Lui demanda-t-elle, en baissant les yeux, pour regarder le par terre de la terrasse. En avait-il seulement un ? Un rôle… Il en jouait tellement. Un coup, il était le joueur de football convoité que tout le monde désirait être, ou alors, il devenait un grand frère, qui protégeait sa petite sœur. Et là, il était un inconnu, un jeune étudiant, s’amusant à une fête. Quoi de plus banal ? De plus vrai ? De plus original ? Il ne se contentait pas seulement d’y penser, mais il songeait à son avenir. Qu’allait-il être plus tard ? Qu’importe, il devait profiter de la vie, la croquer à pleines dents quand il le pouvait encore. Il était l’acteur de sa propre vie, qu’il vivait à ce moment précis, comme toutes les personnes, qui étaient à la fête. Il but encore une gorgée de son verre, tout en la regardant avec ses yeux marron. Enfin, il se décida à lui répondre, bien qu’il savait pas trop quoi dire. « Je n’en ai jamais eu qu’un, celui de ma vie. » Rétorqua-t-il énigmatiquement. C'est dans l'éternité que, dès à présent, il faut vivre. Et c'est dès à présent qu'il faut vivre dans l'éternité. Qu'importe la vie éternelle, sans la conscience à chaque instant de cette durée. Sans s’en rendre compte, il était comédien, lui-aussi, et il venait de s’en rendre compte, sur le moment. C’était assez spécial de se le dire, mais lorsqu’il y pensait, il essayait de passer au-delà de cette pensée.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Lun 25 Avr - 14:32

Mes fêtes étaient toujours , sans vouloir me vanter, un véritable succès j'avais le lien idéale pour faire cela soyons honnête. Il y avait toujours du monde qui venait et invitait d'autre personne. Bouche à oreille n'est ce pas? C'est comme cela que ça fonctionne. Je sais bien que le mot se passe personne après personne. En tout cas, je suis chanceuse la plupart du temps rien n'est briser ou voler. Et ce soir, après quatre mois de dure travaille sur une pièce pas question que quiconque ruine ma soirée. Ces quatres mois c'était quelque chose d'important pour moi.. J'avais joué un role principal dans une piece de Shakespeare. Certain n'aimait pas la pièce: d'accord, on avait tous nos opinions. Mais je me rapelle être allez admirer cette pièce pour mon anniversaire a Broadway... Un jour je serais là moi aussi. Transmettre des sentiments à l'etat pure en face d'un public.. Rien n'est comparable. Pas même le cinéma ou la télévision. Après chacunes de mes pièces, mon sourire et ma bonne humeur ne voulait plus me quitter. C'est pourquoi je saluai tout le monde même ceux que je ne connaissais pas. Un sourire, dit-on, leut illuminer la journée de quelqu'un. Dans ce cas ci la nuit mais bon détail... Ah lala, mon esprit commence deja à divaguer en raison de l'alcohol. De l'air me ferait le plus grand bien. Après avoir passer une journée entière a stresser à l'intérieur, où la chaleur était suffocante, cela me fit le plus grand bien. En regardant le paysage, je sortis mon chocolat et une odeur de cerise et de guimauve filtra l'air jusqu'à mes narines. Je mis le premier morceau dans ma bouche en relevant la tête pour regarder les vagues se briser doucement lorsqu'elles arrivaient sur la plage. Mes longs cheveux ondulés flottait dans la brise de cette nuit de presque printemps... Je me sentais toujours libre lorsque je m'arretais â tous pleins de petits détails. Mais alors, je sentis une présencr derrière moi et en pivotant subtilement la tête je reconnus le mec de tout â l'heure. Il me lancait des regards mystérieux et ténnébreux depuis tout à l'heure et il se décida enfin a venir vers moi. Il fit une entrée en matière des plus charmante tandis que je dégustai le deuxième morceaux. Je me tassai un peu sur la balustrade avant de me tourner pour lui faire face et m'assoir sur la même balustrade. Il s'approcherait surement puisqu'il avait jusqu'alors garder ces distances. En lui demandant quelle était son rôle, je me questionnai par rapport au miens en même temps. Qu'était-il ? L'avais je simplement trouver..?  Je n’en ai jamais eu qu’un, celui de ma vie. » Il me dit cela et j'hochai la tête esquissant un sourire, suivit d'un doux rire mélodieux qui flotta dans l'air quelques instants. Je ne pouvais pas ne pas rire. Cela sonnait tellement dramatiqur à mes oreilles.. Cela sonnait tellement le genre de réplique théatrale qui rendait les dialogues charmants et envoutant. Je penchai la tête sur le côté, coquinement. Et j'imagine que c'est tout un rôle..! déclarai je en lui faisant un clin d'oeil. Peut etre était ce moi qui rêvait mais il avait avancer vers moi. J'en profitai pour me rapprocher aussi en me penchant en avant, laissant a vu un peu de ma poitrine qu'il ne manqua pas de remarquer, en me présentant. Je ne crois pas qu'on n'ait été présenté. Daisy, pour vous servir.. ajoutai je avec un sourire malicieux. Venais je réelement de dire cela? Pour vous servir? Oh franchement, qu'allait-il bien déduire de cela...? Je soupirai mentalement en mordant tendrement dans un morceau de chocolat, le regardant droit dans les yeux. Déjà que je n'étais pas genée: l'alcohol n'aidait guère...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Sam 30 Avr - 11:08

NOUS AVONS TOUS APPRIS QUE NOUS POUVIONS TOUT ESSAYER, TOUT TENTER, POUR OBTENIR CE QUE NOUS DESIRONS LE PLUS AU MONDE.
Daisy L. Palmer & Nathan S. Archibald
    Les fêtes étaient les lieux de prédilections de la luxure, elle-même. Il était là, sur la terrasse d’une maison bourgeoise, qu’il côtoyait pour la première fois. Elle donnait une vue magnifique sur la mer ou encore sur le couché de soleil. Alors, qu’il pouvait apercevoir, d’où il était, les vagues s’échouer sur la plage de manière rapide et froide et se retirer lentement, avec une subtilité fulgurante, ses yeux se régalaient d’un tel spectacle. L’eau semblait être d’un bleu turquoise, avec un simple effet transparent, qu’il n’arrivait à a bien percevoir, car il commençait à faire de plus en plus sombre. D’ailleurs, le soleil s’était couché depuis quelques heures déjà, mais il était persuader que cette vue devait être magnifique, tout simplement, tandis qu’une légère brise de vent vint lui caresser tendrement le visage, faisant voltiger ses cheveux, en passant. Ils se reposèrent promptement sur son front, alors qu’il passait sa main instinctivement dans sa chevelure, pour les remettre en place. Tout ce paysage ressemblait à celui, que l’on pouvait facilement distinguer dans les films tels que des tragédies ou des romances. Le genre de films qu’il ne regardait jamais, mais dont les scénarios ne lui échappaient pas, non plus. Tout comme ce genre de fêtes, il était facile d’en distinguer dans certains films ou certaines séries. Il le savait parce que, de temps en temps, sa petite sœur s’amusait à observer ce genre d’inepties. Il était beaucoup plus délirant de vivre ces soirées, que de passer son temps à les détailler pour les imiter, ou quelque chose dans le genre.

    Le fait était qu’il s’était retiré de la fête, suivant une jeune femme, qui avait su attirer son attention, d’une quelconque façon. Elle se délectait de petits carrés de chocolat, tandis qu’il sirotait tranquillement son verre, observant ses moindres faits, ses moindres gestes, ses moindres paroles. Alors qu’il se mit à s’avancer, pas à pas, tout près d’elle, avec son regard aussi ténébreux, qu’il pouvait l’être, elle finit par s’asseoir sur la balustrade. Tout en hochant délicatement la tête, avec un sourire tendre, elle se mit à rire d’un ton harmonieux, tandis qu’un sourire s’afficha, à son tour, sur les lèvres du jeune homme. Il en devenait presqu’un dramaturge, lorsqu’il arrivait à faire sonner ces répliques. « Et j'imagine que c'est tout un rôle..! » Il haussa les épaules, comme s’il ne savait pas. C’en était un, assurément, bien que très compliqué à jouer et pas toujours évident à comprendre pour les autres personnes. Il ressemblait à un papier empli de symboles, mais inscriptible, jusqu’alors. C’était tout un art d’arriver à le comprendre et à devenir son ami, parce que bien souvent, il considérait les filles comme des objets dont il se lassait rapidement, et il ne faisait plus confiance à personne, ou du moins, rarement, depuis une longue histoire qu’il avait vécue avec… Ethan. Son ancien meilleur ami ou… Un ami ? Il ne savait plus très bien ce qu’il était pour lui, à présent. « Assurément, il est bien plus compliqué qu’on ne pourrait le croire. » Lui dit-il en lui faisant un clin d’œil, amusé. Elle pencha coquinement sa tête sur le côté, en le regardant. Ca la rendait un peu innocente, et tout à fait mignonne à la fois. S’approchant l’un de l’autre, elle se pencha en avant, avec légèreté, tandis qu’il avait vue sur son décolleté. Il ne manqua pas de le remarquer, et resta concentrer sur elle, plutôt qu’autre chose. Il n’était pas aussi facile de l’avoir. « Je ne crois pas qu'on n'ait été présenté. Daisy, pour vous servir... » Elle esquissa un sourire malicieux, à ce qu’elle venait de dire. Pour vous servir ? Ca lui laissait l’occasion d’avoir l’esprit mal tourné, comme à son habitude et ça ne s’arrangeait pas avec le temps. Il y avait tout un tas de suspicions, de sous-entendus, qu’il pouvait avoir, sans aucune difficulté, sur ce qu’elle venait de lui dire, tout en se présentant. Elle s’appelait donc Daisy, c’était toujours intéressant à savoir. Il se racla la gorge et poursuivit, à son tour, tout en se présentant. « Nathan. Je m’appelle Nathan. » Rétorqua-t-il avec un air joueur, quoi qu’un peu manipulateur, et son ton de voix était assuré. Il continua à se rapprocher d’elle, jusqu’à la bloquer contre la balustrade.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Mer 4 Mai - 3:37

Les rencontres innatendues sont parfois les plus belles que l'on puisse avoir de toute notre vie. Et ce moment en était l'exemple parfait. Tout avait été une pure perfection depuis le début de la journée et heureusement cela ne semblait pas près de ce terminer. Même Mère Nature était bienveillante et rendait pour une nuit encore la température adéquate. En choisissant ma villa, j'avais été très exigeante( c'est pas comme si mes parents n'en avaient pas les moyens!) et j'avais choisis en partie celle-ci sachant qu'elle serait épatante pour donner des fêtes, pensai je en en me fécilitant moi-même dans ma tête. En me tournant légerement la tête vers le jeune homme je voyais doucement ses cheveux onduler dans la brise, suivre le mouvement. Cette vision me donna envie de glisser mes doigts dans cette chevelure noir qui sembla si douce et soyeux. L'air marin, qui pouvait donner mal de coeur/tête à certain gens...encore plus si il y avait de l'alcohol dans le sang, emplissait tout l'espace environnant. Et je ne pus m'empêcher de penser à ce qui passera plus tard ce soir là...ainsi qu'à ma précédente prestation. Égoiste? Un peu. Perfectionniste? Sans aucuns doutes! Tout le monde le savait et cela ne changerait jamais . 

Je replongeai toutefois mon regard dans la direction opposé d'où il se trouvait pour ne pas qu'il voit que je l'observais. Lui par contre, il ne se fit pas prier pour me regarder, pour observer chacuns de mes faits et gestes. Si c'est ce qu'il voulait je pourrais lui donner l'envie moi aussi.. En prenant un morceau de chocolat, je l'introduis lentement dans ma bouche et sucotant légerement mon doigt. En le ressortant une coulisse de cerise avait glisser sur mon doigt alors en me decidant enfin à regarder Nathan, je sortis ma langue de ma bouche et la glissa lentement sur la coulisse. Lorsque mon doigt fut net, je lui lancai un regard aguicheur et excité. Un sourire étira ses lèvres tandis que j'éclatai coquinement de rire en balancant lentement mes jambes dans le vide etant assise sur la balustrade. Je le taquinai en lui disant qu'il devait avoir tout un rôle. Et je le pensais vraiment, rien qu'à voir sa façon confiante et assurée qu'il démontrait... J'avais appris à cerner les gens vaguement mais toutefois suffisament. Il semblait etre un mec compliqué, sans limite, romantique comme en ce moment mais simplement pour avoir ce qu'il voulait surement à la fin. Pourquoi si douée? Simplement parce que tout les mecs étaient très ressemblants surement...  « Assurément, il est bien plus compliqué qu’on ne pourrait le croire. » Je penchai coquinement la tête en me disant que je n'avais pas tord dans mes suppositions mais que je me devais d'en apprendre plus sur ce personnages de plus en plus interessant, réflichissai je en le voyant m'adresser un clin d'oeil. Il se rapprocha un peu plus de moi tandis que je me penchai en avant pour découvrir un peu plus mon décoleter. Habituellement je n'avais pas beaucoup de poitrine, pas plus que la normal!, mais j'avais trouver un petit truc secret, qui marchait du tonnerre! Lorsque je m'étais présentée je n'avais pas prévu de dire cela. Sérieusement cela faisait agace, ce que j'étais après tout. Mais d'un autre côté je ne savais plus si c'était deja l'effet de l'alcohol qui me faisait ce drôle d'effet. En tout cas, il sourit et se présenta en se rapprochant davantage de moi le maximum possible, faisant en sorte que je ne puisse plus me lever et que nos souffles se mélangent l'un avec l'autre.  « Nathan. Je m’appelle Nathan. » Ce nom ne m'était pas inconnu non... J'en avais entendu parler comme tout le monde mais c'était bien de pouvoir mettre un visage sur un nom aussi connu. Je me sentis flattée sans plus d'avoir attiré son attention ce soir, mais je n'avais pas l'intention de ne m'arrêter qu'à cela. Je lui pris son verre en lui faisant un sourire moqueur en le défiant de me le reprendre mais trop tard, je l'avais finit. Je pris mon dernier morceau de chocolat et le montra à Nathan. T'en veux? Viens le chercher... le défiai je a nouveau en coincant le morceau de chocolat entre mes lèvres. S'il le prenait, nos lèvres se toucheraient nécessairement , mais dans lecas contraire... Il me faudrait un autre verre. Vodka...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Ven 6 Mai - 18:36

NOUS AVONS TOUS APPRIS QUE NOUS POUVIONS TOUT ESSAYER, TOUT TENTER, POUR OBTENIR CE QUE NOUS DESIRONS LE PLUS AU MONDE.
Daisy L. Palmer & Nathan S. Archibald
    Un regard, un geste ou encore une simple parole suffisait à attirer l’attention de la plupart des personnes du campus ; Pour Nathan, tout dépendait de ses humeurs et de la personne en question. Un simple comportement, un simple trait de caractère ou le fait que la fille soit mignonne l’attirait presqu’immédiatement. Ca pouvait paraître superficiel, mais c’était bien loin du compte. Encore une fois, il avait été poussé vers la jeune femme, sans vraiment s’y attendre, ou même savoir pourquoi elle et pas une autre. Après tout, c’était de sa faute, il ne pouvait pas se contrôler et se rétracter dans ce qu’il faisait, sur le coup, il préférait succomber. Il restait un homme et obéissait à la dure loi de l’humanité. Il ressentait, subissait les émotions paradoxales des autres, mais préférait conserver les siennes, en lui et ne rien en dévoiler pour se protéger. Peu de personnes pourraient réussir à lire dans ses sentiments quelconques, envers quelqu’un, mais lorsqu’il n’aimait pas un individu en particulier, il ne pouvait pas le nier et démentir le contraire, c’était flagrant et il le savait parfaitement. Souvent, on lui avait dit que le plus dure, lorsqu’il serait un peu plus âgé, ça serait de se connaître et de se trouver. Pour ça, il lui avait fallu dix-huit ans, et après la mort de ses défunts géniteurs, il était devenu celui qu’il voulait être le plus au monde : Son parfait égal. Parce qu’il incarnait la perfection et que la perfection était une suite d’imperfections. Ca en devenait presque philosophique avec lui. On le savait compliquer, protecteur, bagarreur et responsable, qui le connaissait vraiment mis à part sa petite sœur ? Incognito. Peu importe, le jeune homme vivait l’instant présent et croquait la vie à pleines dents, parce que la vie était une valeur. Elle était trop courte, trop éphémère, que pour se lamenter sur de telles futilités.

    Planté sur la terrasse, rien ne semblait pouvoir les déranger. Ils étaient tous trop occupés à se prendre des cuites, à se taper n’importe qui et à être insouciant de ce qu’ils pouvaient bien de passer autour d’eux. Le temps passait d’une façon rapide et fulgurante, qu’ils ne s’en rendaient même pas compte. Elle gardait toujours cet air allumeur, peut-être en n’étant pas consciente. Il en avait tellement vu avec d’autres filles, que ça l’amusait plus qu’autre chose et il se laissait aller, avec un sourire foncièrement amusé. Il avait déjà une idée du comment la soirée allait se terminer, étrangement, ce n’était pas aussi imprévisible que ça pouvait le paraître, ou ça ne l’était plus de toute évidence. Une personne ne ressemblait jamais à une autre, même si certains de leurs comportements étaient assez proches. Mais, ce n’était pas la même chose entre reproduire quelque chose d’universel et avoir de la personnalité. Alors qu’il se rapprochait subitement d’elle, Daisy lui subtilisa son verre d’alcool, ou de vodka plus précisément, et lui lançant un regard défiant, elle se l’enfila, jusqu’à la dernière goutte, bien qu’il soit déjà entamé. Il avait pu s’en délecter, mais probablement pas assez. Il n’en fallut pas plus pour qu’elle daigne trouver une autre stratégie, avec sin chocolat. Elle s’en délectait comme jamais elle n’avait pu désirer quelque chose, sous toutes les façons possibles, elle l’avalait. Un dernier carré de chocolat restait, elle le posa délicatement entre ses lèvres, toujours avec le même regard. Il lui répondait, sans équivoque, par un regard aussi provocateur et inaccessible que le sien. Ils se rapprochèrent, de plus en plus près, jusqu’à en être tellement proche, qu’ils pouvaient sentir le souffle de l’autre sur leurs peaux respectives. Un jeu s’était installé et il détestait perdre, c’était inévitable, il ne perdrait pas, ou du moins, pas à ce genre de jeu-là, il n’en était pas le « champion en titre » pour rien, comme disait certains de ses potes. « T’en veux ? Viens le chercher » Rétorqua-t-elle d’un ton sensuel. Le jeu était un subtile plaisir, dont il était possible de profiter un maximum, lorsque les deux personnes étaient consentes et insouciantes de ce qu’il se passait. Il rapprocha ses lèvres des siennes, mais pas assez près que pour qu’elles puissent se toucher, il se retira aussitôt, avec un sourire sournois. Il finit, quand même, par poser effleurer ses lèvres pour récupérer le morceau de chocolat, qu’elle tenait entre ses lèvres et le dégusta, avec un clin d’œil bien placé. « Autre chose ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

♣ Invité ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy Ven 20 Mai - 19:54

J'aimais célébrer comme il se doit après une bonne prestation. Encore plus lorsque je SAVAIS que j'avais été une excellente actrice sur la scène. Et je voulais que tout le monde soit là c'est normal selon moi, on ne devrait jamais partager nos joies en étant seul. Par contre, si j'avais organisé une fête et qu'au final la pièce aurait été une véritable catastrophe, je l'aurais surement cancellé et j'aurais sûrement ruminer ma colère envers moi-même toute seule. Personne ne veut partager la colère avec quelqu'un alors. mais comme aujourd'hui ce n'était pas le cas je n'y penserait tout simplement pas! Je ferais la fête comme je l'entendais et je m'amuserais. Dans la famille, c'était une coutume de toute manière. Tout le monde savait fêter, ça oui!, mais pour ce qui était de gêrer l'alcool on pouvait bien oublier. Comme en ce moment. Je n'avais pris que deux shooter de vodka ainsi que deux bières et je commençais un peu déjà à perdre le contrôle et le cours de mes pensées. Mais pas assez pour ne pas être capable de mettre un mot devant l'autre ou alors un pied devant l'autre. Et puis, de quoi j'aurais eu l'air sinon devant ce jeune homme brun qui me faisait de l'oeil depuis que j'étais en train de me préparer dans les backstages. Alors évidement je voulais faire une bonne impression. Pour ça, je savais comment faire et je ne laisserais pas un peu trop d'alcool me faire perdre la face. En fait, ça faisait quelque temps que je n'avais pas donner un peu de mon temps aux garçons. Après tout, les mecs de l'université ne cherche qu'une chose: conclure. Je le sais, je suis loin d'être aussi naive que je le laisse paraitre. Alors, personellement, j'aime bien leur faire croire qu'ils peuvent m'avoir mais dans ma tête au départ c'est déjà: EUH, non. Je veux rien savoir de toi, ce soir tu dors tout seul! En tout cas, tout cela pour dire que j'avais eu nettement autre chose à faire que ces choses là ces temps-ci. Pour faire une aussi grosse production ça prends du temps et ce n'est pas en draguant que ça fonctionne. Mais là ce soir je pouvais enfin(!!) me détendre et prendre ça cool en me disant qu'au moins demain on était en congé et que je ne serais pas obliger de me lever plus tôt pour apprendre mes répliques ou alors pour me rendre à l'école pour un cours ou non.

En le voyant sourire et en apprenant son nom, un sourire étira mes lèvres. Nathan Archibald. Ça me revenait à présent... C'était LE tombeur par excellence. Une amie m'en avait parler, deux...ou trois..ou quatre? Ouf, je ne sais même plus. Je ne comprenais même pas pourquoi je n'avais pas tout de suite fait le lien. Avec un battement de cil coquin, J'ai entendu parlé de toi, Mr Archibald... Beau parleur, petit faiseur... déclarai-je en le regardant avec un soupçons de défis dans le regard. Je comprenais pourquoi mes amies étaient tombés sous le charme: il était terriblement beau. Je passai délieusement ma langue sur ma lèvre supérieure et plaça un morceau, le dernier, de chocolat qu'il me restait entre mes lèvres en me penchant lègerement vers lui. Il sourit à ma demande et se pencha, sans coller trop longtemps ses lèvres pulpeuses sur les miennes pour prendre le chocolat, et se retira. « Autre chose ? » J'avais envie de me laisser tenter par lui, de m'amuser avec lui en quelque sorte... Lui montrer que si lui en retirait un plaisirs, c'était mon cas aussi.. Je ne voulais pas faire la même erreur que mes copines mais c'était comme une sorte d'attraction physique impossible de résisté avec ce mec. Mais j'y arriverais. Il suffirait de bien joué mes cartes. Oui... Qu'est-ce que tu fais ici ce soir? Je ne crois pas t'avoir connu avant ce soir...? demandais je en descendant de la balustrade pour me mettre debout, ce qui me força à lever la tête(Merci Maman pour cette petite taille!!!) , mais qui me poussa aussi à être assez prêt de lui. Nos parfums se mélangeait à la perfection et je capturai son regard jusqu'à ce qu'il réponde. C'est chez moi après tout... Tu as prévues quoi pour la charmante demoiselle à qui appartient cette maison..!? ajoutai-je avec un clin d'oeil et un éclat mélodieux de rire en le poussant légerement pour qu'il me laisse passé. Je ne voulais pas lui rendre les choses faciles, s'il me voulait: il devrait faire plus que de simples efforts...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



♣ Contenu sponsorisé ♣

MessageSujet: Re: The show must go on. | Nathan&Daisy

Revenir en haut Aller en bas
 

The show must go on. | Nathan&Daisy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gossip Girl meets Tree Hill :: 
CORBEILLE ROUGE ♥
-